Références concerts : Festival "So blues" (Le Mans), 1ère partie du "Chicago blues festival", Nuit du blues (Murs Érigné-49), 1ère partie de Terry harmonica Bean, Rendez-vous de l'Erdre à Nantes (2ème prix du jury, prix "France blues" et prix "So blues festival"), Haut Anjou blues festival (53), etc , ainsi que de nombreux cafés concerts.   


Téléchargez ici la fiche technique de Smokin' Dynamite :

Télécharger
plan de scène smokin' dynamite.pdf
Document Adobe Acrobat 140.4 KB

Téléchargez l'affiche officielle en HD :

Télécharger
logo-HD.jpg
Image JPG 4.5 MB
Télécharger
press book SD.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Chronique de "Do What I Say !" dans le numéro 224 de SOUL BAG (3 étoiles 1/2).


 Chronique sur le Deblocnot'

Le nom de ce quatuor angevin annonce la couleur :"Smokin dynamite", clin d'oeil à un fameux album de Buddy Guy & Junior Wells ("Drinkin TNT, smokin dynamite" enregistré live à Montreux en 1974 et publié en 1982) ; quant au titre de l'album "Do what I say" il peut évoquer le non moins fameux "What did I say" de Ray Charles , quand je vous aurai dit qu'en plus les 2 reprises contenues sur cette galette sont signées BB King et Muddy Waters il n'y a plus de doutes sur leurs accointances bluesy . D'ailleurs Bruno nous en disait le plus grand bien il y a 4 ans (lire sa chronique)
source: smokindynamite.com
Depuis ce temps le combo n'a pas changé de composition on retrouve toujours Claude Lirola à la basse, Dominique Garnier aux drums, Anthony Lefeuvre à la guitare et Maurice Moitel à l'harmonica, ces deux derniers se partageant efficacement les lead vocaux; on n'a pas affaire à des débutants mais à des musiciens aguerris qui ont pas mal roulé leur bosse et propagés la note bleue de scènes en festivals.
Je ne sais pas si ces gars fument vraiment de la dynamite mais en tous cas c'est de la bonne car ils sont aux taquets d'entrée de jeu avec la reprise de BB "She's dynamite" ( en fait c'est une chanson de Tampa Red, le "guitar wizard", qui l'a enregistré 2 mois avant BB en Mars 1951) dans une version Chicago (Rythm'N') Blues décoiffante drivée par un harmonica survolté et une guitare efficace, posés sur une rythmique solide qui a le sens du groove. La cohésion de cet ensemble rodé par des années de scènes saute aux oreilles. Chicago blues toujours avec "Colours in the street" qui marche dans les pas du "Hoochie coochie man " de Muddy Waters puis changement de tempo avec 'Never without you" qui nous fait voyager dans le temps et l'espace jusqu'aux studios Sun Records dans les fifties pour ce rock à la Elvis ou Johnny Cash bien entraînant, avec ces choeurs qu'on a envie de reprendre aussi .
La banane est toujours de rigueur avec le morceau titre "Do what I say" , un rockin' blues bien enlevé. Retour aux berges du Mississippi avec le pur blues "Time of slump" avant de se remettre à danser sur "a true story" et ses choeurs doo-wap. Du blues à la Buddy Guy/ Junior Wells avec 'Road trip" dans le quel guitare et harmonica se répondent puis "Black beauty", un blues rock à la Blasters ou Fabulous Thunderbirds ("Yuppie blues") et un blues swinguant (" A part time lover") complètent le tableau avant la reprise dynamique de Muddy ( 'Diamonds at her feet", 1955, reprise aussi par Rod Piazza) pour se quitter .
Ça roule vraiment tout seul avec ce groupe dont on ne sait plus s'il est de Chicago sur Loire ou d' Angers sur Chicago River, en tous cas voila un des fleurons du blues hexagonal que ces fumeurs de dynamite.
ROCKIN-JL       http://ledeblocnot.blogspot.fr/2016/08/smokin-dynamite-do-what-i-say-2016.html

 

 

Chroniques de l'EP "Shake the donkey", (2011) (studio les Fromentinières).

Chronique de "zicazic.com"

L’heure est maintenant à la suite du Tremplin Blues 2011 et c’est avec un poil de retard que l’on accueille les Smokin’ Dynamite, quartet du Maine et Loire emmené par l’harmoniciste et chanteur Maurice Moitel. On comprend de suite que le groupe a du métier et ça se confirme avec la présence en son sein de membres de Quart de Bleu qui avait déjà en son temps fait les belles heures de différents tremplins, salles et festivals. Parti dans un show pointu et réglé au millimètre près, les Smokin’ Dynamite n’auront pas grand mal à faire venir le public à eux et si le début du concert se montrera un peu clairsemé coté rue, heure de la sieste dominicale oblige, c’est à grand renfort de son blues soigné et de sa guitare aiguisée que le groupe finira par réveiller une assistance comblée d’aise par la qualité de son jeu et de son feeling. La journée pouvait elle mieux commencer ?

 

 

 

http://www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=8708